• 18.11.2019
  • Space, Air, Land
  • Media release

Prise de position sur l’article publié dans la NZZ le 18.11.2019

Un article à charge contre les domaines de Do228, Business Aviation et Military Aviation (NH90) ainsi que les activités de cession correspondantes sur le site d’Oberpfaffenhofen (DE) a été publié dans la Neue Zürcher Zeitung (NZZ) du 18 novembre 2019. RUAG tient à clarifier les points suivants:...

  • Le 15 mars 2019, le Conseil fédéral a décidé, entre autres, de transformer la partie internationale de RUAG en un groupe aérospatial dont le cœur de l’activité est la construction de structures pour l’aéronautique et l’aérospatiale. Le Conseil d’administration de RUAG a été chargé de céder toutes les unités n’appartenant pas à ces deux divisions. Ces décisions concernent également les divisions Do228, Business Aviation et Military Aviation sur le site d’Oberpfaffenhofen (près de Munich). RUAG a lancé le processus de vente et est en contact avec les parties intéressées. En outre, elle tient depuis toujours le propriétaire régulièrement informé de l’état d’avancement de ses activités et de ses désinvestissements, en toute transparence. Or, le titre de la NZZ suggère le contraire.
  • L’article dresse un tableau erroné de la situation des affaires à Oberpfaffenhofen. Le domaine de la maintenance des Do228 tout comme les travaux d’inspection de l’hélicoptère NH90 affichent des résultats positifs. Les résultats concernant la maintenance des avions d’affaires se sont considérablement améliorés ces dernières années. Seule la fabrication de nouveaux appareils Do228 connaît une performance négative.
  • Depuis l’achèvement de la première inspection du NH90 au printemps 2019, RUAG n’a cessé d’effectuer des inspections sur le NH90 et est ainsi rapidement devenue un fournisseur de prestations MRO pour le NH90 fiable et indépendant du constructeur d’origine. RUAG s’attend à ce que les commandes de ces prestations doublent au cours des prochaines années.
  • RUAG réfute tout particulièrement l’allégation selon laquelle, au fil des ans, des factures excessives ont été adressées aux Forces aériennes suisses pour l’entretien de leur flotte d’avions. Le Contrôle fédéral des finances (CDF) n’a constaté aucune manipulation des écritures et atteste que RUAG a agi conformément au contrat.
  • RUAG contredit également les déclarations selon lesquelles elle «aurait négocié une vente de la division avec des investisseurs chinois» et «les plans seraient dépassés». Enfin, l’affirmation selon laquelle RUAG n’est pas «dépendante des bénéfices de l’activité commerciale» est elle aussi sans fondement.
  • Quant à l’estimation des coûts d’une éventuelle cession des activités, la NZZ se réfère à des documents datant de 2015, soit avant la décision concernant la dissociation. RUAG affirme également que les montants indiqués sont des estimations faites par des tiers. La société n’a jamais publié d’informations relatives à de tels scénarios ou chiffres.
  • Fin 2013, RUAG a signé un contrat avec le Venezuela portant sur la vente de 10 Do228. Ce contrat reste valable et RUAG le respecte strictement. Les deux parties n’ont à ce jour pas encore réalisé l’ensemble des prestations et RUAG est en contact avec les représentants vénézuéliens. Le CDF a examiné l’affaire en 2017 et n’a constaté aucune faute contractuelle de la part de RUAG, contrairement à ce qui été affirmé dans les médias.